En franchissant les portes du supermarché, j’entends un enfant qui hurle à l’intérieur. A priori, ce n’est pas une sirène d’alarme, ce sont bien des cris. Même s’ils sont lointains, ils sont stridents et assourdissants.

D’abord, je distingue rapidement dans la foule un gamin qui pique une crise de nerfs, assis à l’avant d’un caddie. Il a peut-être trois ou quatre ans, pas plus. Il est très agité et essaie de s’extirper de sa cage de fer, en vain.

Pourtant, la maman longe les allées en poussant sa bruyante cargaison sans sourciller. Ensuite, je vois l’enfant étirer son bras vers les rayons et faire tomber sciemment des produits par terre. Sa mère ramasse sans mot dire, comme blasée. De plus, le petit agrippe tout ce qu’il peut et le jette dans le caddie. Stoïque, la mère range au fur et à mesure les articles sur les étagères. Contrarié, il lui donne carrément des coups de pied et tape rageusement sur le caddie.

Stupéfaits devant ce spectacle, les gens se regardent sans mot dire. Cependant, la gêne et l’agacement sont palpables. Les hurlements sifflent dans tout le magasin et ça me glace jusque dans la colonne vertébrale. Je m’empresse de faire mes courses en grimaçant. Vivement que ça se termine. Au détour d’une allée, une mamie lance nerveusement « il faut le noyer ! ».

Moi, je n’en peux plus, il me scie les tympans et je m’active vers les caisses. Finalement, manque de chance, la maman et son alarme embarquée se placent juste derrière moi. Courage, plus que quelques minutes de supplice.

La morve au nez, le mouflet inconsolable braille et pleure à chaudes larmes. La caissière les regarde en plissant les yeux, comme si elle avait la migraine. Je dépose mes articles sur le tapis et la maman vient se coller contre moi. De surcroît, pour tenter de le calmer, elle s’empare d’un jouet qu’elle offre à son bambin, le visage rougi et trempé. « Tiens mon petit chat, calme-toi d’accord ? ».

Au contraire, l’enfant marque une pause, il saisit l’objet et lui lance à la figure en hurlant de plus belle. Cynique, la caissière regarde la maman et intime « Vous devriez lui en acheter deux, il est tellement sage ! ».

2 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *