Une méthode antistress pour évacuer l’anxiété

 

Lorsqu’on a compris que la respiration détient le pouvoir de nous délivrer du stress, il est essentiel d’en prendre conscience et de la contrôler. Apprendre à respirer nous aide notamment à évacuer l’anxiété et le stress, nocifs pour l’organisme. Ils engendrent des problèmes de santé comme l’insomnie, l’hypertension artérielle, des douleurs musculaires ou chroniques…

 

D’abord, voici quelques exercices simples qui vont vous soulager de votre anxiété. Éprouvés maintes fois, ils vous aideront à calmer les tensions et à résoudre les problèmes d’endormissement.

 

En premier lieu, installez-vous dans un endroit calme où vous ne serez pas dérangé. Éteignez vos écrans et vos téléphones. Enfermez vos enfants dans un placard qui ferme à clé et baissez la lumière. Choisissez la position la plus confortable possible, assis dans un fauteuil, allongé sur votre lit ou sur un matelas posé au sol. Calez bien votre tête sur un oreiller et fermez les yeux.

 

Laissez tout votre corps se détendre, depuis la tête jusqu’au bout des orteils. Tentez de visualiser votre visage, vos épaules, vos bras, vos mains, votre ventre, vos jambes et enfin vos pieds. Chaque membre, chaque muscle doit être complètement détendu.

 

Inspirez par le nez et soufflez doucement par la bouche. Cela ralentit la respiration. De plus, l’air est filtré et réchauffé par le passage nasal. Respirez lentement et profondément (environ 6 respirations par minute).

 

Que faire de l’invasion d’autres pensées ?

 

Ne vous laissez pas distraire par des pensées parasites. Oubliez votre machine à laver qui vient de vous lâcher. Si vous n’y parvenez pas, accueillez ces pensées et laissez-les passer comme un nuage dans le ciel, sans y accorder d’importance. Le simple fait de vous concentrer sur l’exercice peut aussi vous y aider. Focalisez-vous sur l’instant présent, sur le rythme de votre respiration, écoutez votre souffle, visualisez-le.

 

Puis, lorsque vous vous sentez détendu, posez une main sur votre poitrine, l’autre sur votre nombril et respirez normalement. Vous constatez que c’est votre poitrine qui bouge. Or, nous cherchons à respirer avec le ventre, sans que la cage thoracique ne se soulève.

 

À l’inspiration, c’est le bas du ventre qui doit gonfler. À l’expiration, rejeter bien tout l’air que vous avez dans les poumons. Videz tout l’air que vous avez inspiré. Répétez l’exercice quelques minutes et allongez petit à petit le temps de vos expirations.

 

À la fin de l’exercice, vous pouvez ouvrir lentement les yeux et vous accorder quelques minutes avant de vous relever. Aussi, vous pouvez libérer vos enfants et prolonger, si vous le pouvez, cette parenthèse agréable pour lire, peindre ou simplement vaquer à des occupations qui vous plaisent.

 

Cependant, un entraînement quotidien et régulier pourrait bien devenir un automatisme, une sorte de routine bienfaitrice. Votre corps et votre esprit vous en seront reconnaissants !

Ce contenu ne remplace pas les conseils, les diagnostics et les traitements suggérés par votre médecin.

 

 

Et vous, êtes-vous prêt à tenter cette expérience ?

 

 

1 réponse

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *