Qu’appelle-t-on les aliments transformés et comment les éviter ?

Saviez-vous que les aliments transformés sont toxiques pour la plupart et qu’ils provoquent toutes sortes de maladies graves ?

Pourtant, leur codification joliment déclinée en énigmatiques « E quelque chose » n’indique pas forcément qu’ils sont nocifs pour l’organisme. Pour exemple, la curcumine est issue du curcuma brut et naturel, pourtant elle s’appelle « E100 ».

Méfions-nous des aliments transformés constitués de poisons, qui peuvent provoquer un florilège de pathologies. Cholestérol, hypertension artérielle, insuffisance rénale, diabète, ostéoporose, obésité ou encore différentes formes de cancers.

Ces aliments sont surchargés de gras, de sel, de sucre, d’agents de texture, de conservateurs, d’édulcorants et d’additifs. Ce sont en réalité des agents toxiques. En outre, ces produits transformés n’apportent pas à l’être humain les éléments essentiels au maintien de sa santé. Peu de fibres, de vitamines, de protéines, de sels minéraux, d’oligo-éléments … développant ainsi des carences, qui fatiguent l’organisme et détériorent notre état général.

En témoignent le développement de l’obésité au niveau mondial et la généralisation de différentes pathologies.

Vus à la télé et au supermarché

Les aliments phares du petit écran sont exclusivement des produits industriels, ventés dans des publicités mensongères. Ils sont donc à bannir. Oubliez également les produits reconstitués. Certains crustacés, viandes ou encore légumes sont parfois cachés dans des biscuits ou dans des pâtes brisées alors qu’ils n’ont rien à y faire.

Tout ce qui paraît attrayant, estampillé « prêt à l’emploi », « ouverture facile » ou « produit allégé » est à rayer de vos listes de courses. Ils sont issus, eux aussi, de productions industrielles. Faites l’impasse sur les aliments raffinés. Les fast-foods quant à eux, sont à proscrire. Ils détiennent la palme de la malbouffe !

Certes, les supermarchés proposent des packs familiaux et des tarifs moins élevés que les petits commerces. Mais, ne vaut-il pas mieux débourser un peu plus pour s’assurer une vie plus longue et rester en bonne santé ?

Vus chez nos fermiers et au potager

Pour mieux manger, notre bon sens nous invite à consommer local. Nos petits producteurs, nos éleveurs, nos artisans fournissent des produits de bonne qualité et à juste prix. Ils nous parlent de terre, de saisons, d’ensoleillement et de pluie. Ils évoquent la farine, les légumes ou encore le terroir et ne travaillent pas à la chaîne.

Essayez les céréales complètes 100% graines, les aliments complets (riz, pain, pâtes…) et réconciliez-vous avec l’authenticité, les beaux fruits et les vrais légumes de nos fermes et de nos potagers.

Ecoutez votre corps et arrêtez de manger lorsque vous vous sentez rassasié. En cas de petites fringales dans la journée, savourez une poire bien juteuse ou une jolie grappe de raisin, bien plus nutritives qu’un biscuit industriel !

Gardez en mémoire qu’une demi-heure de marche au quotidien ne représente pas un gros effort. Cette pratique peut devenir votre meilleure habitude pour rester en bonne santé.

 

Alors, envie de croquer dans une belle pomme ?

1 réponse

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *